ESSENCE… Troy

Evaluation : ♥♥♥♥♥

Comme je vous le disais déjà dans un précédent article je ne suis pas fana des paillettes quand elles sont trop présentes. Alors si le résulat ne me fait pas sauter au plafond, que personne ne s’étonne !… En plus l’effet rendu quand elles sont appliquées directement sur l’ongle et des plus moyens… (a moins d’y passer 24 couches…?) Mais je ne peux m’en prendre qu’à moi même : ils précisent sur le flacon que c’est un top coat ! ^^ Mis à part ce petit bémol, Troy est superbe, des paillettes violettes par tonnes, et quelques petites bleues & argents pour aggrémenter tout ca. Une jolie note au vernis donc, une moins jolie à mes choix ! Je le réessaierai à l’avenir sur un vernis mauve genre lui ou bien encore lui. À suivre donc !

P2… Fever

Évaluation : ♥♥♥♥♥
Les rouges métallisés & moi, en règle générale, on n’est pas très copains. Je trouve qu’ils nous plongent vite vers le coté obscur du vernis à ongles. Celui ou on a un air cheap au premier coup d’œil. Non vraiment, d’habitude je passe mon chemin. Surtout quand la teinte tire sur le rouge orangé. Mais quand j’ai rencontré Fever, ca a été le coup de foudre ! Il est lumineux et plutôt classy, un rouge avec une pointe de rose, juste ce qu’il faut pour faire pencher la balance vers le "J’adore" ! L’application s’est avérée assez simple, la première couche a suffi à couvrir l’ongle, mais grâce à mon trouble obsessionnel du comportement, je me suis quand même laissée aller à y déposer une seconde.^^  Et pour accompagner tout ça d’un petit air qui colle parfaitement à son nom et sa teinte…

SEPHORA… chic and rebel & SEPHORA… any way any where

Evaluation : ♥♥♥♥♥
Oh que j’aime ce rendu ! Et les petits sephora me le rendent bien puisqu’en un passage le pinceau est suffisament large pour que l’ongle soit nickel, et la demi lune parfaitement dessinée. Bien sûr une couche de doré + une couche de noir aura suffit à rendre la pose totalement opaque.

OPI… Mod-Ern girl

Evaluation : ♥♥♥♥
OPI nous fabrique ici un très joli corail, dans une texture qui oscille habilement entre le jelly et le creme. Un rendu sympa donc, grâce à une brillance parfaite… Le seul petit bémol est qu’il m’a fallu 4 couches et donc un sechage atrocement long pour qu’il devienne opaque… On lui pardonne facilement non?

CATRICE… Forget me not & PEGGY SAGE… argent métallisé

Évaluation : ♥♥♥♥
Encore novice en matière de stamping, et ca se voit! Mais je dois vous avouer que je suis totalement entrain de me laisser séduire… On a une infinité de combinaisons possibles, et ca moi, ca me parle! Encore une nouvelle façon de dépenser tout mon argent ! Joie ! bonheur ! Fauchée, mais les ongles faits. Pour ce qui est du Catrice Forget me not, je n’ai qu’une seule chose à dire : courrez l’acheter! Une seule couche suffit à le rendre parfaitement opaque (et je vous assure que je ne me laisse pas convaincre si facilement…) il a une brillance du tonnerre sans le moindre petit top coat, et un pinceau tres chouette à manier. En plus, malgré son apparence irisée et bourrée de paillettes, il a un fini tout doux au toucher, ce qui est rarement le cas. C’est un point non négligeable non? Bref, Catrice arrive avec fracas dans mon top des marques ! Il faut absolument que je lui trouve des copains ^^(la dernière photo montre le rendu avec le fini mat Mavala, j’aime bien, encore une fois, ce petit coté velouté qui adoucit l’extrême, l’éblouissante, voire l’aveuglante brillance du Catrice…)

GEMEY MAYBELLINE… Midnight in Paris & MAVALA… Color Matt

Evaluation : ♥♥♥♥♥

Adepte du fini mat, pour sa texture et sa douceur ! Il donne du caractere à ce joli bleu nuit, il le tranche et le rend encore plus élégant. En bref, j’adore ! L’application du mavala est simple, pas de paquet, pas de trace comme le font souvent les vernis mat (je pense notamment aux petits sephora). En plus il donne un velouté adorable, ce qui n’est pas le cas de tous les topcoat finition mat ! Par ici en version brillante

MAYBELLINE… Strawberry Candy

Aujourd’hui j’ai envie de sucré. De fraicheur, et d’acidulé. Ca tombe bien j’ai justement dans ma boite magique un vernis qui va remplir ce rôle à merveille ! Il s’agit d’un rouge jelly bourré de paillettes (qui trainent mais je les garde elles sont à toi… tulumtum tum tum Olivia Ruiz) Au départ, quand on l’applique on se rend compte qu’il est transparent. On lui ajoute une deuxieme couche esperant secretement qu’il finira par couvrir la totalité de notre ongle. Toujours pas. On s’acharne donc et, soyons folles, on tente dans un dernier elan la 3eme couche! Et la, face à ce vernis qui n’a toujours pas caché nos démarcations ongulaires, nous restons dubitatives. Finalement, on accepte ce coté transparent, on fini meme par l’aimer, pcq les choses imparfaites finissent par dévoiler toute leur perfection quand on apprend à les regarder avec un autre oeil. Oui, c’est un sirop, un coulis de fruit rouge déposé sur une glace un été sur une terrasse. Oui il est transparent, mais il n’en est que plus beau, et c’est grâce à cela qu’il dévoile toute sa fraicheur. Une jolie couleur donc, et une application assez facile bien qu’un peu liquide. Je vous laisse, je m’en vais manger une glace avec mes nouveaux ongles fraichement napés !

Evaluation : ♥♥♥♥♥

ESSENCE… Where is the party?

Il y a des vernis, qui, par définition, sont indéfinissables. C’est la tout l’attrait d’une telle collection. L’éventail s’ouvre à l’infini, et meme quand on croit que l’on a tout vu, quelque chose sort de nulle part et fait vaciller toutes nos certitudes. C’est le cas du Where is the party, et de la plupart des duochromes en général. Bien souvent, lorsque le liquide précieux d’un vernis à ongles est enfermé dans sa bouteille, il promet des merveilles qui, une fois appliquées sur nos ongles, s’avèrent décevantes. Et bien pour Where is the Party, c’est tout le contraire qui se produit ! Dans sa bouteille, il est comme le génie d’Aladin. Enfermé, il ne peut exister, il lui est impossible de dévoiler toutes ses jolies nuances. Il faut le frotter l’appliquer trois fois (en vérité deux couches ont suffi, mais pour les besoins de cet article, il m’a fallu mentir pour que ca colle à l’histoire. Meaculpa), et la, la magie opere. C’est toute une palette qui se libère, la, juste sous nos yeux ébahis de petite fille. Il n’y a qu’à souhaiter qu’il apparaisse vert bouteille, et c’est exaucé. On tourne à peine sa main, et la, comme par magie il se transforme en un violet profond et irisé. Des scarabés au bout des ongles ! Je pourrais passer des heures à la regarder changer, du gris au mauve en passant par toutes les etapes de vert et de bleu. C’est de la magie, je vous le dis. Mais chuuut… Le genie ne veut pas que ca se sache.

Evaluation : ♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥ (ah oui? C’était limité à 5 étoiles normalement?)

CHANEL… Nouvelle vague against ESSENCE… Replay

Pour ce billet, pas d’évaluation au début. La clé du mystere du dupe de chanel se trouve à la fin du post !

En fouillant cette apres midi dans ma petite (touuute petite) collection de vernis, j’ai soudain eu un flash, une illumination. Un eclair celeste s’est abattu de tout son poids dans mon salon, et la je me suis écriée : montjoie, saint denis, que trépasse si je faiblis !!! Un dupe de Chanel à 1,75€ ?! Comment est ce possible????! Je me suis alors empressée de les tester, un à un sur mes ongles fraichement basés par le Start to Finish d’OPI. L’un s’applique à merveille, sa texture se répartit uniformément sur l’ongle, et la couvrance est quasi parfaite des le premier passage. Le format du pinceau est adapté à la forme de mes ongles, un bonheur. En deux temps trois mouvements c’était réglé, sans top coat, avec un sechage uber rapide. Curieuse j’ouvre alors le second flacon, et débute ma comparaison. Celui ci "paquette", s’étale mal, et couvre difficilement. Mon front commence à suer et mes mains à trembler.  Son pinceau long mais fin m’empeche toute forme de précision. Prise de panique, je m’arrete deux minutes. Je me concentre, me convainc que tout ca n’est qu’un manque d’objectivité situé dans une partie de mon cerveau, et continue doucement à vernir. Une couche, deux couches, trois couches et quelques nettoyages de bavure plus tard, me voila fin prête à tirer ma conclusion. Et c’est sans appel:

Le gagnant, meme s’il est né plus tard, est le Replay (qui porte bien son nom) d’Essence. Oui oui, vous avez bien entendu. Alors je sais ce que vous allez me dire, Chanel s’est lancé dans cette teinte il y a pres d’un an, et c’est l’avant gardisme qui prime sur la qualité. Alors… l’avant gardisme oui, mais pas au prix de l’application/texture/tenue/pinceau/budget. Enfin si, quelque part si, mais quand meme non. Je reste sur ma position, Chanel est au vernis ce qu’est le pere noel au mois de décembre. Un mensonge qu’on vous raconte pour vous faire débourser de jolies petites sommes rondelettes pendant que vous souriez beatement en pensant à toute la magie que cela vous inspire. (en ce qui concerne le sourire béat, je parle pour moi, bien entendu). Sur ces paroles pleines de sens, je vous laisse méditer sur ces questionnements Ô combien essentiels.

Evaluation Chanel :

Evaluation Essence :

GEMEY MAYBELLINE… Midnight in Paris

(Pas de nom au départ… Ref 665)

Evaluation : ♥♥♥♥♥

Ahhh.. Maybelline, à part l’absence de nom, je n’ai rien à te reprocher ! Une couvrance parfaite des la premiere couche (meme si les perfectionnistes comme moi en passeront deux, juste pour etre sure) Aucun top coat, et c’est presque comme si on pouvait s’y mirer. Un bonheur je vous dis ! Un pinceau agréable à manier, une texture cremeuse et facile à appliquer, et surtout des tout petits prix sympas pour le budget. En gros, rien à redire, on adore. Par ici en version mat.

ESSENCE… Out of my mind & ESSENCE… Choose me

Evaluation objective (application, tenue, brillance…) : ♥♥♥♥♥

Evaluation subjective : ♥♥♥♥♥

Le bleu, c’est délicat. On ne le dira jamais assez, et il faut une bonne fois pour toutes que j’enregistre cette information au fond de ma caboche. Oui oui, dans le flacon, il brille de mille feux, il est mouvant et vivant lorsqu’on tourne la petite bouteille au bout de nos doigts. Il nous promet des mers de caraibles et des plages de sables blancs, des cocktails au bord de l’eau et les doigts de pieds (vernis) en éventail. Seulement voila, un bleu irisé, ou pailleté, ou pire, irisé ET pailleté, c’est pas ca du tout dans la vraie vie. Dans la vraie vie, sur des ongles (trop longs) comme les miens, on frôle le cheap et le mauvais gout. (tout ca c’est bien sur mon avis personnel, je serai curieuse de savoir ce que vous en pensez!). On se laisse séduire dans le magasin, pcq c’est un peu des vacances en bouteille, mais en fait, une fois à la maison, bah on l’aime plus vraiment. On ne sait pas avec quoi le mettre, on est indécise, et puis on pleure de frustration et de desespoir. Meme si l’application est un bonheur, meme si nos ongles se parent de mille et une paillettes bleues et turquoises et aussi dorées et tout et tout, bah on est pas franchement convaincue. En tout cas, moi j’le suis pas. Alors j’ai fondu sur le dissolvant, et les yeux tout floutés de larmes à l’idée de stopper sa vie net, je l’ai ôté. Doucement. Comme si j’effacais les caraibes de mes reves. Courte vie. Triste fin. (Ne soyez pas tristes, je le ferai revivre sur des ongles courts ! )

GEMEY MAYBELLINE… Purple Night & GEMEY MAYBELLINE… Purple Rain & ESSENCE… It’s purplicious

Et le record du titre de billet à rallonge est décerné à… !

Evaluation : ♥♥♥♥♥

Un petit coup de mega bling bling et le moral repart ! Sans mentir, les paillettes, moi ca me vend du reve. On peut passer des heures (ok, j’exagere un toupetipeu) à les regarder changer à la lumiere, bouger dans leur petit flacon… Ahhh les paillettes… Sur les ongles, c’est une autre histoire. Je suis adepte de l’utilisation avec PAR-CI-MO-NIE au risque de se retrouver à faire la boule disco dans le repas de famille du dimanche. On va vous planter au milieu de la piste et, ni une ni deux, vos grands parents se mettront à danser un slow sur Danny Brillant, comme à l’époque. Treves de plaisanteries. J’aime les paillettes utilisées en top coat, pour une finition un peu funky, et bien souvent sur un seul doigt. Le "it’s purplicious" est parfait pour ca, avec ses grosses paillettes carrees. Pour la peine, et surtout pour le billet, j’ai tenté le double paillettes (puisqu’on est a fond dans la mode des double tout. Double rainbow n’est qu’un exemple parmis tant d’autres.). Ok, je vous avourais que je suis pas mega sastisfaite, je trouve que ca fait trop. Un seul doigt aurait LARGEMENT suffit à rehausser ce mauve irisé deja bien présent à lui tout seul. Pour l’appli, c’est comme d’hab, la base est un bonheur de texture et de couvrance, je m’emerveille à chaque fois de tout ce que les fabricants de vernis sont capables de nous offrir comme présents. Pour le prix idem, un petit plaisir sans culpabilité puisque ils ne sont qu’à 1,75€ en allemagne. (Lucky me!) Et enfin, niveau paillettes, appli un peu plus délicate puisque l’idéal est de répartir uniformement les grosses paillettes carrees pour un effet des plus perfect ! Voila, à bientot pour un nouveau swatch

ESSENCE… Modern Romance & ESSENCE… Space Queen

Evaluation : ♥♥♥♥♥

Pour continuer dans la lancée des tons nudes légèrement rehaussés, je vous présente aujourd’hui une teinte que j’affectionne depuis peu. Avant, pour moi, les roses pastels étaient reservés aux vieilles dames dans le bus, qui l’accordaient avec leur rose à levres les jours de sorties. Et bien que neni! Me voila devant le rayon de vernis et ces petites merveilles me font de l’oeil. Je craque, les ramene à la maison, et ne peut m’empecher de les tester illico. Figurez vous que tous mes aprioris se sont envolés à mesure que le pinceau glissait sur mes petits ongles! Un joli poudré nacré, pour une manucure discrete, sobre et élégante, parfait à porter pour notre premiere rencontre avec belle maman ! Pour ma part, je n’ai pas pu m’empecher de le rehausser un peu après deux heures passées à avoir regarder mes mimines toutes discretes. C’est que j’ai plus l’habitude moi hin! Alors, pour le coté un peu plus funky, un passage de paillettes aux tons accordés sur la moitié de l’ongle et le tour est joué. Je me sentais un peu comme une princesse à qui on aurait caché son diademe… Pour ce qui est de l’appli, Essence est fidele à lui meme, les color&go sont tres agréables, et bien que petits, leurs pinceaux ont le format idéal. Couvrance correcte au bout de trois passages, pas le temps de tenter le 4eme, mais peut etre ne serait ce pas du luxe pour ne plus distinguer la démarcation du bord libre. Voila, c’est tout pour cette fois ! (et n’oubliez pas que les paillettes ne sont acceptables qu’une fois rentré du rendez vous avec belle-maman!)

GEMEY MAYBELLINE… Crazy Coral

( N’a pas de nom au départ… Pour le trouver: ref 343 )

Evaluation : ♥♥♥♥♥

Mais pourquoi diantre ne donnent-ils pas de noms à leur coloris ! Le jour ou je mettrais un enfant au monde vous l’imaginez s’appeler 345G5? Blague à part, ce corail m’a convaincue, et déplue à la fois. On est toujours à la recherche du corail parfait, celui qui ne sera ni trop rose, ni trop orange, ni trop clair, ni trop fluo. Et bien sachez que celui ci n’est pas LE corail parfait. Il a une couleur sympa, mais je le mettrais plutot dans la catégorie du corail orangé, voire carrément du orange coraillé. Le genre de corail qui aurait suivi le régime dissocié carotte, vous voyez. Du coup, il est sympa si on se dit qu’il est dans la tendance des couleurs flashys acidulées, sa texture crémeuse (comme tous les vernis de cette gamme essayés jusqu’à présent) est facile à appliquer, la couvrance se fait apres deux couches pas forcément trop épaisses. Le sechage est un peu long, mais c’est souvent le cas quand ils sont un peu "épais". Voila, je suis, en bref, moyennement amoureuse de celui ci, meme si j’aime sa couleur qui sent bon l’été !


CHANEL… Cosmic Violine

Evaluation : ♥♥♥♥♥

Chanel, dans les vernis, je me dis de plus en plus que c’est un mythe. Comme les dieux grecs, le pere noel, et tout le tsin tsouin. En réalité, pour un prix excessif on se retrouve avec un vernis pas toujours évident à appliquer, un pinceau qui n’a rien de transcendantal, et surtout un vernis qui, sur mes ongles, s’écaille à la moindre anicroche. Il faut baser, topcoater, et retopcoater, me direz vous. Et bien c’est ce que je fais ! Mais rien n’y fait, Chanel et moi ne sommes pas copains. Alors oui, je dois admettre que les couleurs qu’ils sortent avant tout le monde sont à tomber, que le mythe et l’excitation pour une collectionneuse comme moi sont indispensables a mon plaisir, blablablaa.. Mais quand même. Je les affectionne de moins en moins, l’engouement s’en est allé pour laisser place à une sorte de …"Chanel? Mouai. Ca va, de temps en temps. Ce sont pas mes préférés." Enfin voila, tout ca juste pour vous dire que le Cosmic Violine ne me transporte pas de joie, je le trouve ni prune ni brun, ni bordeaux, ni violet (comme son nom est supposé l’indiquer) c’est presque comme si je le trouvais un peu sale, ou délavé, ou trop mélangé. Dans sa bouteille il nous promet monts et merveilles, et puis zou, c’est la degringolade… Voila, lui au moins, je lui aurais réglé son compte.