Nfu-Oh ! Flakies 52

Evaluation : ♥♥♥♥♥♥

Oh, c’est mon premier post Nfu-Oh! Un véritable petit rituel se met alors en place. Il a d’abord fallu choisir. Hmmm c’est cornélien et ca me prend un peu de temps. J’opte finalement pour celui qui me faisait dejà de l’oeil sur les différents blogs, à l’époque ou Pshiit n’existait que dans ma tete : le numéro 52 de la collection flakies. J’allume alors ma petite lampe de bureau, j’admire le flacon corsetté, je fais tourner le précieux liquide dans sa bouteille, j’essaie de capter toutes les nuances qu’il me propose… Et je passe à l’action. Bon, comme vous le voyez sur les photos, j’ai testé avec une base mauve (petit doigt/majeur/pouce) et sans base (annulaire/auriculaire). J’ai fait ca car, à première vue, j’ai cru que le Nfu-Oh ! tout seul était trop transparent, pas assez couvrant. Petite erreur de ma part, je vous le concède. En réalité, la base que j’ai appliquée au préalable fait perdre de ses reflets au Flakie, qui a une texture légèrement jelly. Il lui a fallu trois couches pour couvrir l’ongle, mais il les vaut bien ! Une fois appliquées, c’est un conte de fée qui se dessine au bout des doigts. Toutes les teintes de bleu/vert/mauve se révèlent suivant les lumières. Malheureusement, je trouve une fois de plus que les photos ne permettent pas de mettre en valeur toutes les couleurs que ses reflets affichent. Dans la réalité, c’est assez hypnotisant, et je ne suis pas décue du voyage. J’imagine bien que les ailes de la fée clochette prennent ces tons la la nuit tombée…

ESSENCE… Where is the party?

Il y a des vernis, qui, par définition, sont indéfinissables. C’est la tout l’attrait d’une telle collection. L’éventail s’ouvre à l’infini, et meme quand on croit que l’on a tout vu, quelque chose sort de nulle part et fait vaciller toutes nos certitudes. C’est le cas du Where is the party, et de la plupart des duochromes en général. Bien souvent, lorsque le liquide précieux d’un vernis à ongles est enfermé dans sa bouteille, il promet des merveilles qui, une fois appliquées sur nos ongles, s’avèrent décevantes. Et bien pour Where is the Party, c’est tout le contraire qui se produit ! Dans sa bouteille, il est comme le génie d’Aladin. Enfermé, il ne peut exister, il lui est impossible de dévoiler toutes ses jolies nuances. Il faut le frotter l’appliquer trois fois (en vérité deux couches ont suffi, mais pour les besoins de cet article, il m’a fallu mentir pour que ca colle à l’histoire. Meaculpa), et la, la magie opere. C’est toute une palette qui se libère, la, juste sous nos yeux ébahis de petite fille. Il n’y a qu’à souhaiter qu’il apparaisse vert bouteille, et c’est exaucé. On tourne à peine sa main, et la, comme par magie il se transforme en un violet profond et irisé. Des scarabés au bout des ongles ! Je pourrais passer des heures à la regarder changer, du gris au mauve en passant par toutes les etapes de vert et de bleu. C’est de la magie, je vous le dis. Mais chuuut… Le genie ne veut pas que ca se sache.

Evaluation : ♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥ (ah oui? C’était limité à 5 étoiles normalement?)